Clap de Fin pour les Fox-One
L'armée de l'air dit adieu à ses Mirage F1.
La genèse :
Le Mirage F1, avion mythique s’il en est, tire ses racines des Mirage III F2 et III F3. Le F2, biplace de pénétration lointaine (trois prototypes) fut abandonné à la suite du retrait de la France de l’organisation militaire de l’OTAN en 1966. Du F2 découla alors le F3, intercepteur monoplace, qui fut abandonné lui aussi avant même la construction du premier prototype en 1967. La société Dassault proposa donc un nouvel avion sur lequel elle travaillait depuis 1964 sur fonds propres et en secret. Ce nouvel appareil baptisé Mirage IIIE2 puis Super Mirage F1 se veut être bon marché, léger et polyvalent afin de répondre aux besoins de l’armée de l’air et des potentiels clients étrangers. Piloté par René Bigand, le premier « proto », le F1-01 effectua son premier vol le 23 décembre 1966 depuis Melun-Villaroche. Equipé du réacteur ATAR 9K-31, il atteignit Mach 2 dès le quatrième vol. Le 26 avril 1967, trois appareils de préséries furent commandés, les F1-02, 03 et 04. Sur ces avions plusieurs modifications furent apportées par rapport au F1-01. Un réacteur 9K-50 remplaça le -31, la pointe avant fut allongée et affinée en vue d’y accueillir le radar Cyrano IV, l’atterrisseur avant gagna un diabolo et la dérive vit son sommet s’arrondir. Dans un premier temps, quatre versions furent proposées :
   - Le F1A version export d’attaque de jour 
   - Le F1B biplace d’entraînement
   - Le F1C chasse interception
   - Le F1E version export multirôle
L’armée de l’air sélectionna officiellement le Mirage F1 le 26 mai 1967 et en juin 1969 une première commande portant sur trente F1C fut passée au constructeur. Au total 164 Mirage F1C (83 F1C et 81 F1C-200 ravitaillables en vol) et 20 Mirage F1B furent livrés à l’armée de l’air à partir de 1973 et répartis au sein de dix escadrons. L’EC 2/30 « Normandie-Niemen » (1973), l’EC 3/30 « Lorraine » (1974), l’EC 1/5 « Vendée » (1974), EC 2/5 « Ile-de-France » (1975), l’EC 3/12 « Cornouaille » (1976), l’EC 1/12 « Cambrésis » (1977), l’EC 2/12 « Picardie » (1980), l’EC 3/5 « Comtat Venaissin » (1981), l’EC 1/10 « Valois » (1981), l’EC 4/10 « Vexin » (1988). Fin des années 70, une nouvelle version du F1C fut étudiée afin de proposer un successeur aux valeureux Mirage IIIR et IIIRD de reconnaissance. Baptisé F1CR pour Chasse Reconnaissance, ce nouveau F1 effectua son premier vol le 20 Novembre 1981 et 64 exemplaires furent livrés à l’armée de l’Air à partir de 1982 afin d’en équiper trois escadrons, les ER 2/33 « Savoie » (1983), 1/33 « Befort » (1985) et 3/33 « Moselle » (1988). Le CR dispose entre autre d’un emplacement dans le nez pour une caméra panoramique (Oméra 40) ou verticale (Oméra 33), d’un nouveau radar Cyrano IVMR, d’une nouvelle VTH et d’un nouveau système de navigation et d’attaque. Une dernière version du Mirage F1 vit le jour au début des années 90, lorsqu’un certain nombre de F1C-200, au total 55, rendus libres avec l’arrivée des premiers Mirage 2000, furent transformés en F1CT (Chasse Tactique) afin de remplacer les vieux Mirage IIIE et 5F. Equipé d’un télémètre laser, de nouveaux détecteurs et d’une électronique de bord entièrement refaite, le premier prototype de cette nouvelle version optimisée pour l’assaut effectua son premier vol le 3 mai 1991. A la base deux escadrons en furent équipés, l’EC 1/13 « Artois » (1992) et l’EC 3/13 « Auvergne » (1993). Mais après la mise en application du plan « Armées 2000 » en 1993, les changements de noms, de traditions et les dissolutions d’escadrons qui s’en suivirent, les F1CT finirent donc au sein des EC 1/30 « Alsace » et 2/30 « Normandie-Niemen ».

Clap de fin :
En plus de 40 années de service, les F1 français auront participé à tous les engagements de l’armée de l’air qu’ils soient intérieur ou extérieur comme en Afghanistan, en Afrique avec notamment le Tchad, la Libye ou dernièrement le Mali mais aussi dans les Balkans, en Irak et dans les Pays Baltes. Les F1C furent retirés du service en 2003 et les F1CT en 2012 ne laissant plus que les F1CR et les F1B qu’y furent tous réunis au sein du dernier escadron de reconnaissance de l’armée de l’air, l’ER 2/33 « Savoie ». C’est donc au « Savoie », qui fut le premier à mettre en œuvre le F1CR en 1983, à qui revient l’honneur de mettre un terme à la brillante carrière du Mirage F1. Après deux dernières années riches en évènements, Recce Meet (avril 2013 et 2014), exercice en Russie (août 2013), permanence opérationnelle dans les Pays Baltes (avril 2013) et une dernière en France (septembre 2013), dernières campagnes de tirs air-air (février 2013) et air-sol (avril 2014), engagement dans l’opération « serval » au Mali (2013), transformation des derniers pilotes français et étrangers sur F1, l’année 2014 sonnait le départ à la retraite de ce bon vieux guerrier. Ainsi le 13 Juin fut organisée la cérémonie du retrait des derniers Mirage F1 et de la mise en sommeil de l’Escadron de Reconnaissance 2/33 « Savoie » sur la BA118 de Mont de Marsan. Et une foi n’est pas coutume, le « Savoie » avait encore vu les choses en grand. Pour l’occasion quatre Mirage F1 reçurent des décorations spéciales reprenant certains des camouflages ayant été portés au cours de leur longue carrière. L’un en vert/gris (type F1CT), un autre vanille/chocolat et enfin deux en bleu DA (défense aérienne). Près de 4000 personnes furent invitées à l’évènement dont de nombreux anciens du F1 et la cérémonie fut présidée par le Major Général Antoine Creux.
Un petit show aérien fut organisé l’après-midi durant lequel évoluèrent l’équipe des parachutistes de l’armée de l’air, l’EVAA, la Patrouille de France, les « Ramex Delta », le solo display Rafale et la patrouille « Carol Hotel » reconstitué pour l’occasion. Cette dernière composée de deux F1 rappelait avec nostalgie la patrouille des « Voltige Victor » arrêtée en 2003. Quelques appareils étrangers firent le déplacement jusqu’à Mont de Marsan, la Suisse avec un F/A-18D Hornet et l’Allemagne avec trois Tornado IDS.

Si le 13 Juin fut la date des adieux officiels, le dernier vol d’un F1 n’eut lieu que le 14 Juillet suivant après un survol des Champs Elysées en ouverture du défilé par cinq machines (dont les quatre décorées). Ainsi 4 F1CR et 1 F1B purent survoler Paris avant de venir se reposer définitivement à Châteaudun écrivant ainsi la dernière page des aventures de cet avion mythique au sein de l’armée de l’air. Ayant encore un certain potentiel, les derniers F1 seront mis sous « cocon » en attendant peut-être une autre vie sous d’autre latitude…
 
Un grand merci au 2/33 « Savoie » pour cette fin inoubliable.

Texte & photo : Julien Gernez

------------------------------

Dassault Mirage F1B - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Mirage F1CR - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Mirage F1B - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Mirage F1B - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Mirage F1CR - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Mirage F1B - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Mirage F1CR - French Air Force - ER 2/33 "Savoie" & Dassault Rafale C - French Air Force - EC 2/30 "Normandie-Niemen"

Dassault Mirage F1B - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Mirage F1B - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Mirage F1B - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Mirage F1CR - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Mirage F1B - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Mirage F1B - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Mirage 2000N - French Air Force - EC 2/4 "La Fayette"

Panavia Tornado IDS - German Air Force - JBG33

Dassault Rafale C - French Air Force - EC 1/7 "Provence"

Dassault Mirage F1B - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Mirage F1CR - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Mirage 2000N - French Air Force - EC 2/4 "La Fayette"

Dassault Mirage 2000N - French Air Force - EC 2/4 "La Fayette"

Dassault Mirage 2000N - French Air Force - EC 2/4 "La Fayette"

Socata TB-30 Epsilon - French Air Force - Cartouche Doré

Panavia Tornado IDS - German Air Force - JBG33

Dassault Mirage F1B - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Extra EA-330 - French Air Force – EVAA

Dassault Mirage F1B - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Mirage F1B - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Mirage F1B - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Rafale C - French Air Force - EC 1/7 "Provence"

Dassault Mirage 2000N - French Air Force - EC 2/4 "La Fayette"

Dassault Mirage 2000N - French Air Force - EC 2/4 "La Fayette"

Panavia Tornado IDS - German Air Force - AG51 "Immelmann"

Dassault Mirage F1B - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Socata TB-30 Epsilon - French Air Force - Cartouche Doré

Dassault Mirage F1CR - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Mirage F1B - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Rafale C - French Air Force - EC 1/7 "Provence"

Dassault Mirage F1B - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Mirage F1B - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Dassault Mirage 2000N - French Air Force - EC 2/4 "La Fayette"

Dassault Mirage 2000N - French Air Force - EC 2/4 "La Fayette"

Dassault Mirage F1CR - French Air Force - ER 2/33 "Savoie"

Panavia Tornado IDS - German Air Force - JBG33

Dassault Mirage 2000N - French Air Force - EC 2/4 "La Fayette"

Socata TB-30 Epsilon - French Air Force - Cartouche Doré

Back to Top