Festa al Cel lleida
En Catalogne pour un petit airshow qui a de grandes idées.
   Rares sont les gros meetings aériens organisés et médiatisés en Espagne. La dernière manifestation d’ampleur, AIRE75, eut lieu à Madrid-Torrejon il y a 4 ans. Mais d’autres manifestations existent pourtant, certes, moins importantes et beaucoup moins médiatisés aussi, mais elles n’en demeurent pas moins intéressantes, voire plus … C’est notamment le cas de l’airshow de la Festa al Cel qui se tient chaque année en septembre. Petit par la taille, ce meeting possède néanmoins de sérieux atouts et offre un show varié et de qualité.
 
Bien que ne disposant que d’une faible couverture médiatique à l’étranger, le meeting aérien de la Festa al Cel est LE meeting espagnol. Organisé depuis plus de 25 ans, il est l’évènement aéronautique le plus ancien du pays. Jusqu’en 2014, ce meeting se tenait le long des belles plages du littoral Barcelonais et s’appréciait les pieds dans l’eau à quelques pas du centre-ville de la capitale Catalane. Comme le meeting interférait avec le trafic civil de l’aéroport international de Barcelone, l’édition 2015 fut transféré à Mataró, un peu plus au Nord. En 2017, suite à certaines exigences de la protection civile espagnole, les organisateurs furent contraints de délocaliser à nouveau le meeting. C’est l’aéroport de LLeida-Alguare, situé à 180km à l’Ouest de Barcelone, qui fut choisi pour l’accueillir. Adieu la Costa Brava, bonjour le désert… L’aéroport de Lleida sis au milieu de nulle part se situe dans un environnement semi-désertique et à l’écart de toute zone urbaine. Bien que disposant d’infrastructures modernes avec notamment une imposante tour de contrôle, l’aéroport reste désespérément vide car aucune compagnie aérienne ne le dessert. Le gouvernement catalan local vit alors dans l’organisation du meeting l’opportunité de promouvoir la ville de Lleida et son aéroport.
​Bien qu’il s’agisse d’un petit meeting, pas plus de sept heures de démonstration sur deux jours, les trois armées espagnoles répondent présent à chaque édition. Cette année, l’Ejército del Aire, l’Ejército de Tierra et l’Armada étaient là avec des machines que l’on a très peu d’occasions d’apercevoir hors d’Espagne. Parmi celles-ci, le Mc Donnell Douglas AV-8B Harrier II+ vaut à lui seul le déplacement. Comme à chaque édition, les Matador de la 9ème Escuadrilla vinrent à deux depuis leur base de Rota, près de Séville. Le support était assuré par un petit Cessna de la 4ème Escuadrilla voisine. Les Espagnols, avec les Italiens et les Marines, sont les seuls utilisateurs du Harrier dans le monde depuis le retrait des machines Britanniques en décembre 2010. La démonstration du Matador fut donc grandement appréciée. Au menu : tonneaux, passage tranche, passage rapide et, pour finir, vol stationnaire dans un véritable tonnerre comme seul le Harrier, et le F-35B aujourd’hui, savent le faire. Un superbe final à s’en crever les tympans...
Tout aussi plaisant, le Canadair CL-215T du Grupo 43 put nous démontrer, s’il est encore besoin, son excellente manœuvrabilité lors d’une démo qui aura marqué les esprits. Pour leur démo, ces pompiers du ciel effectuèrent chaque jour la rotation depuis leur base de Madrid-Torrejon. L’Ejército del Aire envoya également un EF-18M Hornet de l’ALA 15 de la base toute proche de Saragosse, un Casa 295 pour les besoins de l’équipe de parachutiste et les Casa C101EB de la Patrulla Aquila.
Les FAMET, l’ALAT espagnole, présentaient deux de ses voilures tournantes, un CH-47D Chinook du BHELTRA V de Colmenar Viejo ainsi qu’un EC-665 Tigre HAD du BHELA I d’Almagro.
Côté warbirds, il y avait l’OV-10B Bronco de Montélimar, mais aussi un Dornier Do-27A-5 de la Fundació Parc Aeronàutic de Catalunya et un curieux Hispano HA-220D Super Saeta de la Fundación Infante de Orleans, dont la démo ne se limita qu’à deux petits passages et c’est bien dommage.
Outre le fait de compter dans son programme des machines que l’on ne voit pas souvent, le meeting de la Festa al Cel se démarque des autres manifestations du fait des horaires décalés de ses présentations. En effet, le samedi, le show se déroule depuis la fin d’après-midi jusqu’au début de la nuit (17h – 20h30) et le lendemain, dimanche, il se tient du milieu de matinée jusqu’en début d’après-midi (10h – 13h30). Ce timing est une très bonne idée de la part des organisateurs. Cela permet d’avoir deux ambiances différentes et ainsi de pouvoir profiter des belles lumières du soir, notamment au crépuscule, et du matin. Il y a également un autre avantage au fait que le meeting se tienne jusqu’à tard le samedi soir. À la tombée de la nuit, juste après les derniers rayons du soleil, il est encore possible d’accéder à la plateforme (même en étant resté à l’extérieur toute la journée afin de ne pas être sujet au contre-jour) et de pouvoir ainsi photographier de nuit les machines exposées au statique, comme les deux Matador. Les parkings étant, pour l’occasion, très bien éclairés par de gros projecteurs.
Cette année, la date du meeting n’ayant été officialisé que très tardivement (moins de deux mois avant le show), aucun démonstrateur étranger ne put participer à cette édition, ces derniers étant déjà engagés sur d’autres manifestations. Soulignons ici la persévérance des organisateurs ainsi que leur travail, car bien que ne disposant que de peu de délais, ils réussirent tout de même à concocter un très beau meeting avec des machines que peu d’organisateurs peuvent se targuer de compter dans leur programme. L’idée de faire le meeting sur deux jours et sur des timings différents est excellente tout comme le fait de permettre de rester sur la plateforme jusqu’à 21h pour la cession photo de nuit.

Le meeting de la Festa al Cel ne demande qu’à être connu et surtout à rayonner encore davantage afin d’avoir un plateau encore plus conséquent pour les prochaines éditions. Le seul point noir étant la taille du parking de l’aéroport qui risque de limiter son développement ! Qu’à cela ne tienne, en ce qui nous concerne, rendez-vous est pris pour 2019.

Texte & photo : Julien Gernez

------------------------------

Mc Donnell Douglas AV-8B+ Harrier II - Spanish Navy - 9 Escuadrilla

Boeing CH-47D Chinook - Spanish Army - BHELTRA V

Casa C101EB Aviojet - Spanish Air Force - Patrula Aquila

Mc Donnell Douglas AV-8B+ Harrier II - Spanish Navy - 9 Escuadrilla

Mc Donnell Douglas AV-8B+ Harrier II - Spanish Navy - 9 Escuadrilla

Mc Donnell Douglas EF-18M Hornet - Spanish Air Force - Ala15

Mc Donnell Douglas AV-8B+ Harrier II - Spanish Navy - 9 Escuadrilla

Mc Donnell Douglas AV-8B+ Harrier II - Spanish Navy - 9 Escuadrilla

Hispano HA-220D Super Saeta

Canadair CL-215T - Spanish Air Force - Ala43

Eurocopter EC-665 Tigre HAD - Spanish Army - BHELA I

Mc Donnell Douglas AV-8B+ Harrier II - Spanish Navy - 9 Escuadrilla

Canadair CL-215T - Spanish Air Force - Ala43

Dornier Do-27A-5

Mc Donnell Douglas AV-8B+ Harrier II - Spanish Navy - 9 Escuadrilla

Mc Donnell Douglas AV-8B+ Harrier II - Spanish Navy - 9 Escuadrilla

Mc Donnell Douglas AV-8B+ Harrier II - Spanish Navy - 9 Escuadrilla

Mc Donnell Douglas AV-8B+ Harrier II - Spanish Navy - 9 Escuadrilla

Boeing CH-47D Chinook - Spanish Army - BHELTRA V

Mc Donnell Douglas EF-18M Hornet - Spanish Air Force - Ala15

Mc Donnell Douglas AV-8B+ Harrier II - Spanish Navy - 9 Escuadrilla

Mc Donnell Douglas AV-8B+ Harrier II - Spanish Navy - 9 Escuadrilla

Canadair CL-215T - Spanish Air Force - Ala43

Boeing CH-47D Chinook - Spanish Army - BHELTRA V

Casa C295 - Spanish Air Force - Ala35

Mc Donnell Douglas AV-8B+ Harrier II - Spanish Navy - 9 Escuadrilla

Mc Donnell Douglas AV-8B+ Harrier II - Spanish Navy - 9 Escuadrilla

Canadair CL-215T - Spanish Air Force - Ala43

Mc Donnell Douglas EF-18M Hornet - Spanish Air Force - Ala15

Casa C101EB Aviojet - Spanish Air Force - Patrula Aquila

Mc Donnell Douglas AV-8B+ Harrier II - Spanish Navy - 9 Escuadrilla

Mc Donnell Douglas AV-8B+ Harrier II - Spanish Navy - 9 Escuadrilla

Canadair CL-215T - Spanish Air Force - Ala43

North American Rockwell OV-10B Bronco

Mc Donnell Douglas AV-8B+ Harrier II - Spanish Navy - 9 Escuadrilla

Back to Top