Iruma Aviation Festival
​Près de 200 000 spectateurs réunis dans la banlieue de Tokyo pour le meeting de la JASDF.
   Chaque année, le 3 novembre, jour de la fête de la Culture (Bunka no Hi), la JASDF organise son traditionnel festival de l’air sur la base aérienne d’Iruma. Cette base, qui abrite le quartier général du commandement de la défense aérienne japonaise, ne se situe qu’à quelques dizaines de kilomètres du centre de Tokyo. De ce fait, ce meeting est très prisé et attire habituellement près de 200 000 visiteurs à chaque édition. En fait, ce doit être le meeting le plus fréquenté au monde, si l’on se rapporte au nombre de spectateur au m². L’année 2018 n’aura pas dérogé à la règle puisque le décompte officiel fait état de plus de 190 000 spectateurs auquel il convient d’ajouter quelques milliers d’autres amassés autour des grillages à l’extérieur de la base. Récit d’un meeting éprouvant et éreintant, mais oh combien intéressant.
 
La veille :
Notre aventure commence le vendredi 2 novembre, veille du meeting. Nous avions prévu de nous positionner à l’extérieur de la base en bordure de la piste 35 afin de suivre les préparatifs du meeting et d’assister aux répétitions et arrivées des quelques participants extérieurs. Notre hôtel est situé tout près de la base américaine de Yokota sise à une quarantaine de minutes de route. Nous partons très tôt et arrivons vers 6h du matin. À cette heure-ci nous pensions être dans les temps afin de pouvoir nous placer tranquillement, sans se presser. Grosse erreur… Même à cette heure matinale, il est déjà presque trop tard. Effarés au vu de la multitude de photographes déjà sur place le long du grillage, nous constatons qu’il ne reste pas le moindre espace inoccupé là où nous pensions nous installer… La journée commence fort. Nous remarquons également que de nombreux Japonais sont déjà venus la veille au soir afin d’y déposer leurs escabeaux tout en les cadenassant au grillage ! On ne joue vraiment pas dans la même catégorie ! Pour ma part, j’arrive malgré tout, à me faire une petite place entre deux photographes locaux forts sympathiques et qui, eux aussi, venaient d’arriver. Après avoir vérifié que nous ne nous gênions pas mutuellement, nous étions enfin prêts pour cette belle journée ensoleillée. Ce matin-là, c’est donc bien placé que j’assiste à quelques arrivées comme celle des Blue Impulse, la patrouille nationale japonaise, laquelle évolue depuis 1995 sur six Kawasaki T-4. Ces appareils sont des jets d’entraînement comparables à nos Alpha Jet. Suivent ensuite un C-130H Hercules du 401 Hikotai de Nagoya et un F-15J du 306 Hikotai de Komatsu. En fin de matinée, le QFU en service ayant changé, nous rejoignons le seuil de la piste 17. Un moment plus tard, un Kawasaki C-2 du 403 Hikotai fait son arrivée, il est à noter que c’est la première apparition d’une machine de ce type au festival de l’air d’Iruma. Provenant de Miho, il sera la plus grosse pièce du meeting.
En début d’après-midi, nous assistons à la répétition des Blue Impulse. L’horaire était apparemment connu et largement diffusé puisque déjà, 30 minutes avant le décollage, une foule de badauds vint soudain nous rejoindre. Les Japonais sont extrêmement fiers de leur patrouille et la simple présence de celle-ci sur un terrain d’aviation peut déplacer des foules. C’est à cet instant que j’ai commencé à percevoir le ‘chantier’ que ça allait être le lendemain sur la base… Concernant la démo des Blue Impulse, bien qu’agréable à regarder, celle-ci manque d’homogénéité. Mon avis est donc plutôt mitigé. Il y a bien quelques figures originales qui valent le détour, mais elle manque cruellement de dynamisme et les temps morts sont trop fréquents. Qu’à cela ne tienne, ce n’est pas tous les jours que l’on peut admirer cette équipe. Juste après les T-4 des ‘Blue’, nouveau changement de QFU. Le temps de parcourir les 4km qui nous séparent de l’autre extrémité de la piste (plus de vingt minutes en voiture), nous ratons l’arrivée du F-2B, du Cobra et du Seahawk. Nous arrivons cependant juste à temps pour assister au décollage de sept autres T-4, ceux de la base cette fois-ci, dont un blanc et rouge hérité d’une précédente affectation au sein du 13 Hiko Kyoikudan d’Ashiya. Ce sera la dernière répétition de la journée. À 16h30, nous rendons les armes… Il est temps de rentrer à l’hôtel pour nous reposer avant la grosse journée du lendemain. Le soir venu, ayant appris qu’aucun parking ne serait accessible autour de la base le lendemain, nous étudions la meilleure stratégie à adopter afin de nous rendre au meeting, cogitation facilitée par la dégustation de quelques sushis.
 
Le jour-J :
Conformément au plan élaboré la veille, nous prenons la voiture afin de rejoindre la station d’Irumashi afin de poursuivre en train jusqu’à la station d’Inariyama-Koen qui se trouvant près de l’entrée de la base. Arrivée sur place dès l’aube, il est 5h30, nous constatons que quelques dizaines de personnes sont déjà en train de faire la queue devant l’entrée des installations. Nous prenons notre place dans la file et attendons patiemment l’ouverture des portes, prévue pour 8h00. En raison de la multitude de spectateurs qui s’amassent le long de la route et qui continuant d'affluer en provenance de la gare, les autorités décident d’ouvrir les portes dès 7h30. Etrangement, nous ne sommes autorisés à avancer que rangée après rangée et l’accès à la zone publique ne se fait qu’étape après étape guidé par un cordon de militaire tenant une rubalise. À un moment, nous faisons même la jonction avec un flux venant d’une entrée située plus au nord. Nous sommes alors instantanément pris dans une foule compacte de plusieurs milliers de personnes allant tous dans la même direction… Je croise même une poussette dans laquelle se trouve un p’tit bout de chou qui ne comprend pas trop ce qui se passe ni ce qu’il fait là !Nous continuons à avancer et petit à petit nous arrivons enfin jusqu’à la zone publique délimitée par des plots et une simple cordelette. Nous sommes bien loin des doubles rangées de barrières des meetings français... ​Après réflexion, nous changeons de position et nous nous faufilons, non sans mal, jusqu’au C-130H stationner à l’extrême gauche de l’exposition statique. Depuis cette zone, la vue est dégagée sur le taxiway et la piste 17.
9h30, début des démonstrations aériennes. Les premiers à prendre l’air sont deux T-4 du Shireibu Hikotai dont celui décoré pour les 60 ans de l’escadron. Celui-ci (n° 36-5706) était peint pour l’occasion en ‘low viz’, donc tout gris… Chose peu banale au Japon. Ils sont suivis par un U-4 (Gulfstream IV) de transport VIP puis par un U-125 et un YS-11FC du Hiko Tenkentai, l’escadron ‘Check Flight’ qui s’occupe de la calibration des terrains militaires. Ce YS-11FC (n° 12-1160), dernier exemplaire opérationnel de cette version, effectuait là l’un de ses derniers vols avant son retrait du service actif qui devrait avoir lieu d’ici la fin de l’année. A 10h15, place à la démo SAR de l’Air Rescue Wing, comprenant U-125A, UH-60J Blackhawk et CH-47J Chinook.
A 10h45 c’est au tour des quatre C-1 du 402 Hikotai; parmi ces quatre machines figure le C-1 kabuki (n° 78-1026) dont la déco est inspirée des masques traditionnels japonais. Celle-ci a été appliquée dans le cadre du 60ème anniversaire du 2 Yuso Kokutai local.  Suivent ensuite les sept T-4 que nous avions vu répéter la veille. Je profite de cette démo pour changer d’emplacement et affronter la foule afin de vivre pleinement ce meeting tout en diversifiant les prises de vues. Mon objectif est de me placer en face des Blue Impulse pour assister à la mise en place des pilotes et à la mise en route des T-4 bleus et blancs.
Je me rends alors compte du monde présent sur la base… Une marée humaine. Je n’ai jamais vu ça ! La progression est très difficile, impossible même par endroits et je mets presque dix minutes pour faire 20 mètres… Lorsque les pilotes arrivent aux avions, il m’est tout simplement impossible de bouger. Cette fois-ci, la démo se différencie de celle effectuée à l’entraînement. Elle est légèrement plus dynamique en début de présentation, mais la fin du programme est ponctuée de gros temps morts dont certains durent près de dix minutes. Le public est très enthousiaste et durant toute la démonstration, les Blue Impulse sont encouragés par plusieurs milliers de « Oooooooooo », « Aaaahhh » qui rythment chaque figure ou changement de position.Au terme de cette dernière démo, dès le break final, une bonne partie du public reprend déjà le chemin de la sortie. Je peux de nouveau respirer ! La journée n’est pour autant pas terminée, car dès la fin du dynamique, la majorité des appareils du statique repart, chacun vers sa base. Durant les ‘Blue’, j’avais remarqué que les F-15, F-2 et Hawkeye étaient déjà déplacés sur le tarmac en vue de leur départ imminent. Tant bien que mal, je réussis à me faufiler à travers la marée humaine afin de me rapprocher du E-2, qui était pour moi l’une des pièces maîtresses de l’exposition statique. À peine les derniers T-4 ont-ils coupé leurs réacteurs que le F-2B du 21 Hikotai roule déjà vers la piste, suivi de près par le F-15J Eagle et le C-2. Les départs s’enchaînent les uns après les autres jusqu’au coucher du soleil, permettant ainsi d’immortaliser dans de très bonnes conditions quelques machines intéressantes : le SH-60K Seahawk du 21 Kokutai, l’AH-1S Cobra du 4 Taisensha Herikoputatai de Kisarazu et bien sûr l'E-2C Hawkeye du 601 Hikotai de Misawa. La journée s’achève avec les départs du Blackhawk et du Hercules, malheureusement dans une ambiance bien sombre.
Ainsi se termine le fameux airshow d’Iruma. Nous y avons survécu !

Au final, ce fut un bon meeting avec beaucoup de diversité au sol comme en vol. Une journée avec énormément de monde, certes, mais sans bousculade, dans le calme (le savoir-vivre propre au Japonais) et avec un service d’ordre irréprochable.

Texte & photo : Julien Gernez

------------------------------

Grumman E-2C Hawkeye - Japan Air Self Defense Force - Keikai Kokutai / 601 Hikotai

Kawasaki T-4 - Japan Air Self Defense Force - Shireibu Hikotai

Mitsubishi T-4 - Japan Air Self Defense Force - 4 Kokudan / 11 Hikotai - Blue Impulse

Kawasaki C-1 - Japan Air Self Defense Force - 2 Yuso Kokutai / 402 Hikotai

Bell AH-1S Cobra - Japan Ground Self Defense Force - 4 Taisensha Herikoputatai

Mitsubishi T-4 - Japan Air Self Defense Force - 4 Kokudan / 11 Hikotai - Blue Impulse

Sikorsky SH-60K Seahawk - Japan Maritime Self Defense Force - 21 Kokutai

Kawasaki C-1 - Japan Air Self Defense Force - 2 Yuso Kokutai / 402 Hikotai

Kawasaki C-1 - Japan Air Self Defense Force - 2 Yuso Kokutai / 402 Hikotai

Mitsubishi F-2B - Japan Air Self Defense Force - 4 Kokudan / 21 Hikotai

Mitsubishi T-4 - Japan Air Self Defense Force - 4 Kokudan / 11 Hikotai - Blue Impulse

Grumman E-2C Hawkeye - Japan Air Self Defense Force - Keikai Kokutai / 601 Hikotai

Mitsubishi T-4 - Japan Air Self Defense Force - 4 Kokudan / 11 Hikotai - Blue Impulse

Mc Donnell Douglas F-15J Eagle - Japan Air Self Defense Force - 6 Kokudan / 306 Hikotai

Mitsubishi T-4 - Japan Air Self Defense Force - 4 Kokudan / 11 Hikotai - Blue Impulse

Mitsubishi T-4 - Japan Air Self Defense Force - 4 Kokudan / 11 Hikotai - Blue Impulse

Kawasaki C-2 - Japan Air Self Defense Force - 3 Yuso Kokutai / 403 Hikotai

Kawasaki T-4 - Japan Air Self Defense Force - Shireibu Hikotai

NAMC YS-11FC - Japan Air Self Defense Force - Tokubetsu Koku Yusodai / Hiko Tenkentai

Boeing CH-47J Chinook - Japan Air Self Defense Force - Koku Kyunandan / Iruma Herikoputa Kuuyutai

Mitsubishi T-4 - Japan Air Self Defense Force - 4 Kokudan / 11 Hikotai - Blue Impulse

Mitsubishi F-2B - Japan Air Self Defense Force - 4 Kokudan / 21 Hikotai

Bell AH-1S Cobra - Japan Ground Self Defense Force - 4 Taisensha Herikoputatai

Mitsubishi T-4 - Japan Air Self Defense Force - 4 Kokudan / 11 Hikotai - Blue Impulse

Kawasaki C-1 - Japan Air Self Defense Force - 2 Yuso Kokutai / 402 Hikotai

Raytheon U-125A - Japan Air Self Defense Force - Koku Kyunandan / Hyakuri Kyunantai

Mitsubishi T-4 - Japan Air Self Defense Force - 4 Kokudan / 11 Hikotai - Blue Impulse

Kawasaki T-4 - Japan Air Self Defense Force - Shireibu Hikotai

British Aerospace U-125 - Japan Air Self Defense Force - Tokubetsu Koku Yusodai / Hiko Tenkentai

Kawasaki C-2 - Japan Air Self Defense Force - 3 Yuso Kokutai / 403 Hikotai

Mc Donnell Douglas F-15J Eagle - Japan Air Self Defense Force - 6 Kokudan / 306 Hikotai

Mitsubishi T-4 - Japan Air Self Defense Force - 4 Kokudan / 11 Hikotai - Blue Impulse

Kawasaki C-1 - Japan Air Self Defense Force - 2 Yuso Kokutai / 402 Hikotai

Grumman E-2C Hawkeye - Japan Air Self Defense Force - Keikai Kokutai / 601 Hikotai

Kawasaki T-4 - Japan Air Self Defense Force - Shireibu Hikotai

Mitsubishi T-4 - Japan Air Self Defense Force - 4 Kokudan / 11 Hikotai - Blue Impulse

Kawasaki C-1 - Japan Air Self Defense Force - 2 Yuso Kokutai / 402 Hikotai

Kawasaki C-1 - Japan Air Self Defense Force - 2 Yuso Kokutai / 402 Hikotai

Kawasaki T-4 - Japan Air Self Defense Force - Shireibu Hikotai

Mitsubishi T-4 - Japan Air Self Defense Force - 4 Kokudan / 11 Hikotai - Blue Impulse

Sikorsky SH-60K Seahawk - Japan Maritime Self Defense Force - 21 Kokutai

Back to Top