Les Derniers Corsair
L'heure de la retraite a sonné pour les A-7 de la Hellenic Air Force.
   Depuis 2002, la force aérienne grecque était la seule au monde faire voler les valeureux A-7 Corsair. Après plus de 39 années de bons et loyaux services, il était donc grand temps pour les derniers exemplaires, regroupés au sein du 336 Mira "Olympos", de prendre le chemin de la retraite.

La naissance du « SLUFF » :
  En 1963, la marine américaine émit un appel d’offre appelé VAX (Heavier-than-air, Attack, Experimental) afin de remplacer les A-4 Skyhawk alors en nombre au sein de l’US Navy. Quatre constructeurs répondirent à l’appel d’offre, Grumman, Mc Donnell Douglas, North American et Vought. La société Vought (renommée plus tard Ling-Temco-Vought - LTV), qui proposa un dérivé de son intercepteur F-8 Crusader, mais taillé pour le bombardement et l’attaque, remporta le marché en Novembre 1963. Baptisé A-7, cet appareil prit le nom de Corsair II en référence au légendaire Vought F4U Corsair de la seconde guerre mondiale. Les équipages lui donnèrent aussi affectueusement le nom de « SLUF » pour Short Little Ugly Fellar, en d’autres termes : Vilain petit pas beau… ​Le A-7 possède un rayon d’action plus grand ainsi qu’une capacité d’emport de charge plus importante que le vieux Skyhawk. Par rapport au F-8 dont il est extrapolé, le A-7 est plus petit, plus léger, doté d’un réacteur Allison TF30-P-6 dépourvu de post-combustion et d’une voilure repensée pour l’emport de charges lourdes disposées sous 8 points d’emport. Plus de 6800 Kg de charges externes peuvent être emportées parmi lesquels des missiles air-air Sidewinder d’autoprotection, des réservoirs supplémentaires, des bombes guidées ou non de toutes sortes comme les Paveway, Mk.82 ou Mk.84, bombe à sous-munitions CBU-58 ou encore des missiles air-sol Shrike, Walleye ou Maverick. Le SLUF est également équipé d’un canon interne Colt Mk.12 de 20mm et est capable d’emporter la bombe nucléaire standard de l’OTAN B61.
Le développement du A-7 fut rapide et sans heurt et le premier prototype, désigné YA-7A, effectua son premier vol le 27 septembre 1965. Les premiers exemplaires arrivèrent en flottille à la fin 1966 et la VFA-147 devint la première à être déclarée opérationnelle sur le type en février 1967. Dix mois plus tard, en décembre, les Corsair effectuèrent leur baptême du feu au-dessus du Nord Vietnam. En plus de l’US Navy, qui mit en œuvre des Corsair II dans les versions monoplaces A-7A, B, C, E et biplaces TA-7C, EA-7L, l’US Air Force et l’US Air National Guard se dotèrent également de SLUF dans les versions A-7D et A-7K. Trois clients étrangers choisirent aussi l’appareil, le Portugal (A-7P et TA-7P), la Thaïlande (A-7E et TA-7C) et la Grèce (A-7H, A-7E, TA-7C et TA-7H).
Au cours de sa carrière, le A-7 se tailla une solide réputation de « camion à bombe », robuste, maniable, facile d’entretien et peu coûteux. Plus de 1540 exemplaires sortirent des chaines d’assemblage et douze versions différentes furent développées et produites en série. En plus de 23 ans de service dans les forces US, le SLUF fut engagé à de nombreuses reprises, depuis le Vietnam jusqu’à la première guerre du golfe en passant par la Grenade, le Liban, le Golfe Persique, le Panama et la libye. L’US Navy abandonna ses Corsair en 1992, lorsque les VAQ-33 et 34 retirèrent leurs derniers exemplaires du service. L’US Air Force qui avait reversé ses A-7D et A-7K à l’Air National Guard les retira en 1993 et les portugais et thaïlandais firent de même respectivement en 1999 et 2002.
Jusqu’à aujourd’hui, seule la Grèce mettait donc encore en œuvre ces vénérables guerriers.

Les A-7 Grecs :
La Eliniki Polemiki Aeroporia (EPA), la force aérienne grecque, fut le premier client hors USA du Corsair et reçut un total de 133 exemplaires. L’histoire débuta en 1974 lorsqu’afin de remplacer ses F - 84F Thunderstreak vieillissant, elle commanda 60 A-7H suivis de 5 TA-7H en 1980. Le A-7H (H pour Hellenic), qui fit son premier vol le 5 mai 1975, est une sorte de mixe entre les versions A-7E et A-7D mais possédant quelques particularités qui lui sont propres. Entre autre il n’est pas ravitaillable en vol, possède un système de démarrage autonome, peut utiliser le Sidewinder dans sa version AIM-9L et est dépourvu de la barre de catapultage normalement installée sur le train d’atterrissage avant. Il garde tout de même le système de repliage de la voilure ainsi que la crosse d’appontage. Le Corsair étant très apprécié parmi les pilotes et les personnels au sol et afin d’augmenter ses capacités air/sol, la Grèce commanda en 1993, 50 A-7E et 18 TA-7C provenant des surplus de l’US Navy. Les SLUF grecs équipèrent jusqu’à cinq « Bomber Squadron », les 340 Mira « Fox » et 345 Mira du 115 Combat Wing (Pteriga Makhis) de Souda Bay, le 347 Mira « Perseus » du 110 Combat Wing de Larissa et les 335 Mira « Tiger » et 336 Mira « Olympos » du 116 Combat Wing d’Araxos.
Les premiers Corsair II, les A-7H et TA-7H, furent dispatchés au sein de trois escadrons. Le 340 Mira fut le premier à en recevoir en 1975 suivi en 1976 par le 345 et en 1977 par le 347. En 1992, le 347 Mira quitta Larissa pour Souda Bay et en 2001, le 340 Mira fut mis en sommeil et ses avions transférés vers le 345 Mira. En 2002, le 347 Mira fut converti sur F-16 et le 345 dissout, le 116 Combat Wing d’Araxos récupéra alors les appareils et matériels de ces deux escadrons. Les A-7H et TA-7H restèrent en service cinq années supplémentaires au sein du 336 Mira et furent définitivement retirés du service en 2007 avec plus de 320 000 heures de vol. Les A-7E et TA-7C équipèrent eux, à partir de 1993, les 335 et 336 Mira afin de remplacer les F-104G Starfighter.

« Fly Low, Hit Hard », le 336 Mira :
Le 336 Mira ou Bomber Squadron, fut créé en Février 1943 en Egypte sous le nom de 336 « Hellenic Royal Fighter Bomber Squadron » et fut rattaché au 219 Combat Wing de la Royal Air Force. Equipé d’une vingtaine de Hawker Hurricane, le 336 fut déclaré opérationnel en avril 1943 et eut pour mission la protection des convois maritimes, l’interception des appareils ennemis et l’attaque au sol. En Septembre 1944, des Spitfire Mk.V vinrent remplacer les Hurricane et permirent à l’escadron d’opérer au-dessus des Balkan et de la Grèce occupée. A la fin de la seconde guerre mondiale, les pilotes du 336 Sqn accumulèrent quelques 3250 missions et effectuèrent un total de 12427 heures de vols dont plus de 5100 en missions de combat. En février 1949, le 336 fut transféré à Larissa dans le nord de la Grèce où il fut intégré au sein du 110 Combat Wing. En août il reçut des Curtiss Helldiver et avec lui sa mission principale évolua vers le bombardement léger. Les années qui suivirent virent le 336, renommer 336 Strike Squadron, être redéployé sur plusieurs bases et également changer plusieurs fois de montures passant du Helldiver au F-84G puis au F-84F en 1958. En avril 1962, le 336 Mira arriva sur la base d’Araxos et fut rattaché en même temps au 116 Combat Wing fraîchement créé. L’escadron fut renommé en 1963, 336 Strike Squadron et en 1992 il reçut des F-104G afin de remplacer ses F-84F. En mars 1993, lorsqu’il retira ses derniers Starfighter au profit de A-7E et TA-7C Corsair II, le 336 fut une nouvelle fois renommé pour devenir 336 Bomber Squadron et fut déclaré opérationnel sur SLUF en juin 1995.
En 2002 avec la dissolution du 345 Mira, le 336 récupéra 37 A-7H et 5 TA-7H et reversa dans le même temps ses A-7E et TA-7C au 335 Mira ne conservant que la version H. A la mise à la retraite des A-7H et TA-7H en 2007, le 336 reçut de nouveau des A-7E et TA-7C de l’escadron voisin, le 335 Mira, avant que ce dernier ne lui transfère la totalité des appareils qui lui restaient en service lors de sa transfo sur F-16C Fighting Falcon en 2008. Dés lors c’est donc sur la base aérienne d’Araxos au sein du 336 Mira « Olympos » qu’étaient réunis les derniers A-7 Corsair II opérationnels de la planète. La devise de l’escadron « Fly Low, Hit Hard » illustre parfaitement la mission du A-7 : voler aussi bas que possible chargé comme un boeuf…

La fin d’une époque :
Quelques 6 A-7E et 5 TA-7C étaient toujours d’active jusqu’à cette journée du 17 Octobre 2014, date choisie par la force aérienne grecque pour célébrer le départ à la retraite de ses vieux guerriers. Deux journées furent organisées par l’EPA pour commémorer ce retrait. La première, le 16 Octobre était ouverte aux photographes et passionnés afin d’assister à une journée dite « type » de mise en œuvre des SLUF. Mise en route, taxi, décollages, retours, tout avait été fait pour pouvoir photographier et profiter une dernière fois des A-7. La ligne de vol était accessible ainsi que le parc à ferraille où sont enchevêtrées plusieurs dizaines de carcasses de Corsair et Starfighter. Une zone spéciale fut délimitée en bordure de taxiway afin de pouvoir assister aux deux missions de la journée mettant en scène trois TA-7C chacune. Pour la petite anecdote, lors de la seconde sortie, le pilote en « back-seat » du Corsair immatriculé 154477 était le premier pilote grec ayant été qualifié sur A-7 Corsair. La journée fut également ponctuée par les F-16C/D block 52 de l’escadron voisin, le 335 Mira et par la visite de quelques appareils de l’EPA.
Le lendemain, le 17 Octobre, fut la journée officielle du départ des derniers A-7. Une cérémonie, à laquelle participaient de grandes figures de l’armée de l’air grecque comme le CEMAA, fut donc organisée. Durant celle-ci nous avons pu découvrir le magnifique A-7 spécialement décoré pour l’occasion. Revêtant un camouflage deux tons de gris/argent et portant sur la dérive le drapeau hellénique en « low viz » ainsi que les écussons des cinq escadrons ayant utilisé le SLUF, ce Corsair fut à n’en pas douter, le point d’orgue de la journée. Après environ 45 minutes de discours et de souvenirs, la cérémonie se clôtura sur un petit show de 30 minutes auquel participaient deux TA-7C, le F-16 démo Zeus et le T-6 démo Deadalus mais également les autres chasseurs/bombardiers de la force aérienne grecque. Ainsi dans un dernier baroude d’honneur mais aussi pour symboliser la relève, un TA-7C fit un passage en formation au-dessus de la base d’Araxos encadré par un F-4E, un F-16C et un Mirage 2000-5. Ainsi s’achève une carrière longue de 39 ans au sein de la Hellenic Air Force et plus de 440 000 heures de vol au compteur.
​Cet article ne serait pas complet si je n’écrivais pas quelques mots au sujet de l’organisation. Grandiose et sans complication. La disponibilité, les emplacements, bref,  tout était fait pour passer deux bonnes journées en compagnie des pilotes, mécanos et autres personnels du Corsair. Le magnifique A-7 spécialement décoré fut même sorti du hangar où il était exposé afin de le mettre dans une position bien plus avantageuse pour les photographes présents. Nous avons pu également rester sur base presque deux heures après la fin de la cérémonie ce qui nous permit d’assister à quelques mouvements comme les départs d’un C-130H et d’un C-27J ayant transporté les autorités et invités pour la cérémonie ou encore l’arrivée d’un F-4E supplémentaire.

Un grand remerciement au Maj Apostolos Papadopoulos Commandant du 336 Mira, au Col (P) Alexandros Marinos porte-parole de la force aérienne grecque ainsi qu’à tout le personnel du 336 Mira et aux organisateurs de ces deux journées.

Texte & photo : Julien Gernez

------------------------------

LTV A-7E Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV A-7E Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV A-7E Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV A-7E Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV A-7E Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV A-7E Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV A-7E Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV A-7E Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV A-7E Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV A-7E Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV A-7H Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV A-7E Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV A-7E Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV A-7E Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV A-7E Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

LTV TA-7C Corsair II - Hellenic Air Force - 116 PM / 336 Mira "Olympos"

Les autres appareils visibles durant ces deux journées :

Lockheed Martin F-16C - Hellenic Air Force - 116 PM / 335 Mira "Tigris"

Embraer ERJ-135 - Hellenic Air Force - 112 PM / 352 MMYP "Cosmos"

Mc Donnell Douglas F-4E-AUP - Hellenic Air Force - 117 PM / 338 Mira "Aris"

Lockheed Martin F-16C - Hellenic Air Force - Zeus Demo Team

Beechcraft T-6 Texan II - Hellenic Air Force - 120 PEA / 361 MEA "Mystras"

Lockheed C-130H Hercules - Hellenic Air Force - 112 PM / 356 MPM "Iraklis"

Lockheed Martin F-16D - Hellenic Air Force - 111 PM / 330 Mira "Keravnos"

Mc Donnell Douglas F-4E-AUP - Hellenic Air Force - 117 PM / 338 Mira "Aris"

Alenia C-27J Spartan - Hellenic Air Force - 112 PM / 354 MTM "Pagasus"

Lockheed Martin F-16D - Hellenic Air Force - 116 PM / 335 Mira "Tigris"

Lockheed Martin F-16C - Hellenic Air Force - 115 PM / 340 Mira "Aleppou"

Beechcraft T-6 Texan II - Hellenic Air Force - 120 PEA / 361 MEA "Mystras"

Lockheed Martin F-16C - Hellenic Air Force - Zeus Demo Team

Lockheed Martin F-16D - Hellenic Air Force - 111 PM / 330 Mira "Keravnos"

Lockheed Martin F-16C - Hellenic Air Force - 116 PM / 335 Mira "Tigris"

Lockheed Martin F-16C - Hellenic Air Force - 116 PM / 335 Mira "Tigris"

Lockheed Martin F-16D - Hellenic Air Force - 116 PM / 335 Mira "Tigris"

Mc Donnell Douglas F-4E-AUP - Hellenic Air Force - 117 PM / 338 Mira "Aris"

Back to Top