Tactical Leadership Programme 2017-2
​Formation de haut niveau pour pilote de chasse.
   Du 24 avril au 19 mai, près d’une trentaine d’aéronefs étaient rassemblés sur la base aérienne d’Albacete-Los Llanos, en Espagne, pour participer à la Flying Course 17-2 du Tactical Leadership Programme (TLP). Cet exercice, largement reconnu pour la qualité de ses formations, s’est inscrit comme une référence dans le domaine de l’enseignement des tactiques de combats de l’OTAN. Fait marquant de cette seconde session de l’année, la participation d’unités de l’US Air Force venant directement du continent Nord-Américain ; une grande première pour le TLP.

Le TLP qu'est ce que c'est ?
Ayant quitté la base belge de Florennes en 2009, suite aux conditions météorologiques difficiles et à la congestion de l’espace aérien dans cette zone, le TLP est aujourd'hui établi sur la base d’Albacete-Los Llanos.
Organisation autonome, non rattaché à la structure OTAN, le Tactical Leadership Programme est basé sur un Memorandum of Understanding (MoU), un contrat signé entre les USA, l’Allemagne, le Danemark, la Belgique, l’Italie, la Grèce, les Pays-Bas, l’Espagne, la Grande-Bretagne et la France. Ces pays signataires s’engageant à financer et supporter le TLP, celui-ci s’engage en retour à leur réserver un certain nombre de places aux Flying Courses, chaque année (la France bénéficie par exemple de 14 places). Bien entendu, des places supplémentaires peuvent être achetées, y compris par d’autres forces aériennes. En plus des pays signataires du MoU, le stage TLP est ouvert à d’autres nations comme la Pologne, la Turquie, la Finlande ou bien encore la Suisse qui sont alors invitées à participer aux Flying Courses lorsqu’il reste des places. Pour les stagiaires (pilotes et navigateurs), le but du TLP est de les former au métier de Mission Commander (chef de mission) et de les aider à atteindre cette qualification. Pour ces équipages déjà expérimentés (il faut avoir 500h de vol minimum sur jet pour pouvoir postuler au stage), l’objectif est d’acquérir les compétences nécessaires à la conduite de missions aériennes complexes et multinationales de type COMAO (COMposite Air Operation). Ces missions ont la particularité de faire intervenir de façon harmonisée des aéronefs de types et de caractéristiques différents, devant traiter des objectifs multiples, le tout baignant dans un environnement de menace air-air et sol-air très élevé.
Le TLP ne délivre pas la qualification de Mission Commander en fin de stage. Pour les équipages, cette qualification ne sera obtenue que plus tard, au cours de leur cursus de formation dans leur pays respectif. Mais le fait d’avoir passé quatre semaines d’entraînement intensif en immersion complète au sein de ce centre de formation de haut niveau, est pour eux un atout indéniable et leur permet d’atteindre plus facilement le précieux sésame de Chef de Patrouille.

Un exercice complexe :
Chaque journée au TLP voit la préparation et le lancement d’une nouvelle mission COMAO suivant  un scénario concocté par la cellule « Intel » du TLP. Cette cellule, composée de quatre officiers renseignements (un français, un américain, un belge et un néerlandais) affectés pour une période de deux à trois ans en fonction des nations, a pour but de  préparer tous les scénarios qui seront joués durant les stages TLP et de soutenir les équipages dans la préparation des missions. Les scénarios sur lesquels les COMAO sont basées couvrent une grande partie du spectre des opérations aériennes de l’OTAN et prennent également en compte les retours d’expériences des personnels engagés sur les théâtres d’opérations extérieurs afin d’être le plus fidèle possible à ce qui se passe réellement sur le terrain. Et bien entendu, la complexité des missions va crescendo au fur et à mesure de l’avancement du stage. Pour chaque mission, il n’y a pas de place pour l’improvisation. Absolument tout est planifié de A à Z. Dans quel ordre les équipages vont-ils rejoindre leur appareil, dans quel ordre s’effectueront les décollages, qui traitera quel objectif et de quelle manière, dans quel ordre s’effectueront les retours à Albacete et surtout quelles seront les menaces rencontrées. En effet, afin de rendre les scénarios le plus réaliste possible, le TLP fait intervenir différents types de menaces lors des Flying Courses. Celles-ci peuvent être de deux types :
   Air-Air : cette menace aérienne réelle, que l’on appelle plus communément Red Air, a pour but de jouer les Agressors en compliquant le travail des forces Blue Air constituées des stagiaires. Aujourd’hui, afin de répondre aux exigences du niveau que le TLP souhaite atteindre, cette force peut être composée d’aéronefs de dernières générations, type Rafale/Typhoon. A noter toutefois que cette menace dépend énormément de la capacité des escadrons à fournir des aéronefs pour simuler une force d’opposition digne de ce nom aux stagiaires. Même si un certain nombre de contraintes leur sont imposées afin qu’ils respectent les différents évènements planifiés par le TLP Staff, les Red Air, jouissent d’une certaine latitude pour planifier leurs missions et ainsi, mieux contrer les Blue Air.
   Sol-Air : représentées par des systèmes de défense sol-air, cette menace peut être soit réelle grâce à des systèmes d’armes loués par le TLP à certains pays, soit simulée par le biais d’émetteurs gérés par le centre d’entraînement des tactiques de guerre électronique et générant les menaces électromagnétiques des forces adverses, soit fictive mais tout de même prise en compte par les équipages.

​Tous les emplacements et les tactiques mises en œuvre par ces systèmes, qu’ils soient air-air ou air-sol, sont planifiés en amont par le TLP Staff, coordonnés avec les opérateurs au sol et pris en compte par les équipages lors de la planification des missions et à chaque étape du vol. Même si tout est planifié et pris en compte par les équipages lors de la préparation de la mission et du briefing pre-flight, le TLP Staff peut à tout moment modifier la situation tactique de celle-ci et informer instantanément les équipages via les liaisons de données comme la L16 et ainsi étudier la réaction et la gestion de cette menace par les pilotes. A savoir que pour les besoins de certaines missions spécifiques, le TLP peut aussi faire appel à d’autres aéronefs comme des hélicoptères, des appareils de transport, de guerre électronique ou des AWACS.

​Flying Course 17-2 :
Chaque année quatre stages de quatre semaines chacun sont organisés par le TLP. Sur ces quatre sessions, une première a lieu en janvier/février (xx-1), une seconde en avril/mai (xx-2), une troisième en septembre/octobre (xx-3) et enfin une dernière en novembre (xx-4). Pour avoir lieu, chaque Flying Courses doit avoir un minimum de 16 stagiaires en formation. En deçà, il serait impossible de mettre en place les COMAO et la session serait alors purement et simplement annulée.
Nous l’avons vu précédemment, une mission COMAO est organisée chaque jour tout au long du stage, mais il arrive cependant qu’en fonction de la complexité de certaines missions, il soit nécessaire de planifier une journée dite « académique ». Ce fut notamment le cas, lors de ce TLP 2017-2, pour la mission CSAR (Combat Search And Rescue) et pour laquelle l’organisation d’une journée de cours théoriques fut essentielle afin de permettre aux participants d’appréhender les principes de base de cette mission particulière.
Hormis cette mission CSAR, beaucoup d’autres furent élaborées au cours de cette Flying Course 17-2. En voici la liste :

   Lundi 24/04 : Arrival/Academical day - Arrivée des participants et cours théoriques
   Mardi 25/04 : Arrival/Academical day - Arrivée des participants et cours théoriques
   Mercredi 26/04 : FAM - Vol de familiarisation
   Jeudi 27/04 : TAC1 - Tactical Flight 1
   Vendredi 28/04 : TAC2 - Tactical Flight 2
   Lundi 01/05 : OCA AFLD - Offensive Counter Air against Airfield
   Mardi 02/05 : DT/AI 1 - Dynamic Targeting / Air Interdiction 1
   Mercredi 03/05 : DT/AI 2 - Dynamic Targeting / Air Interdiction 2
   Jeudi 04/05 : FDNLY SBAD - Friendly Surface-Based Air Defense
   Vendredi 05/05 : Academical day / CSAR - Cours théorique sur la mission CSAR
   Lundi 08/05 : CSAR 1 - Combat Search & Rescue 1
   Mardi 09/05 : CSAR 2 - Combat Search & Rescue 2
   Mercredi 10/05 : SLOMO - Slow Mover protection
   Jeudi 11/05 : NCRM - NATO Crisis Response System Manual
   Vendredi 12/05 : GAAI - Ground Assisted Air Interdiction
   Lundi 15/05 : HVAA D - High Value Airborne Asset Defense
   Mardi 16/05 : NFZ - No Fly Zone
   Mercredi 17/05 : OCA IADS - Offensive Counter Air against Integrated Air Defense System
   Jeudi 18/05 : TAC CONSOL - Tactical Consolidation
   Vendredi 19/05 : Departure day

Lors de ce TLP 2017-2, une trentaine d’aéronefs provenant de six pays étaient engagés dans des rôles d’attaque au sol, de défense aérienne et de suppression des défenses anti-aériennes (SEAD). Les Blue Air étaient constitué de quatre Tornado ECR italiens, cinq EF-2000 Typhoon allemands, deux Mirage 2000D et deux Rafale B français et enfin onze F-16C/D Fighting Falcon dont trois Turcs et huit américains. De leur côté, les Red Air alignaient quatre EF-2000 Typhoon espagnols, un Rafale B, deux Alpha Jet (les deux dernières semaines uniquement), deux T-346A Master italiens (la troisième semaine uniquement) et deux F-16 US. Autant dire que la force d’opposition de cette session était on ne peut plus sérieuse pour les stagiaires. Pour des besoins spécifiques propres à certaines missions le TLP fit appel à un KC-767 italien la dernière semaine pour quelques ravitaillements en vol, à des E-3 Sentry chargés de contrôler et coordonner les différents acteurs (un E-3F d’Avord la seconde semaine et un E-3A de Geilenkirchen pour la troisième et la quatrième), à un C295M espagnol pour la mission SLOMO et deux EC-725 Caracal de l’armée de l’air pour les missions CSAR. Un Learjet de la société civile allemande GFD spécialisé dans la guerre électronique était également présent. 
La mise en place dans les airs de tous les protagonistes de la mission peut prendre parfois près d’une heure. Une fois chacun à sa place le « run » est lancé et tous les appareils convergent alors vers leur objectif respectif. Certains appareils décolleront même au cours de la mission, simulant alors un renfort Blue Air ou un nouvel hostile Red Air, toujours en fonction du scénario prévu par le TLP Staff.

Les faucons de Hill :
Le fait intéressant de ce TLP 2017-2 était la participation de chasseurs F-16CM/DM basés à Hill AFB dans l’Utah. Si les F-16 et F-15 de l’USAFE (US Air Force in Europe) connaissent très bien le Tactical Leadership Programme depuis de nombreuses années déjà, c’était, en revanche, une grande première de voir débarquer des chasseurs en provenance directe du continent Nord-Américain. Pour ces pilotes, ce déploiement était l’opportunité de pouvoir s’entraîner chaque jour lors d’opérations aériennes intenses aux côtés ou contre des chasseurs européens de dernière génération comme les Rafale et Typhoon, d’appliquer des procédures différentes et d’apprendre à travailler en toute sécurité, dans un environnement méconnu et dans lequel sont engagés plusieurs dizaines d’appareils divers. Au total, cinq F-16CM du 388th FW / 421th FS « Black Widows » de l'Air Combat Command (indicatif radio SPIDER), trois F-16CM du 419th FW / 466th FS « Diamondbacks» de l’Air Force Reserve Command (indicatif radio SNAKE), un F-16DM du 388th FW / 4th FS “Fightin’Fuujins” débarquèrent à Albacete les 19 et 20 avril pour un déploiement de plus d’un mois. Un C-130J-30 et deux C-17A furent nécessaire à l’acheminement du matériel et des quelques 200 hommes et femmes de ce détachement américain. Sur les huit Fighting Falcon présents à Albacete, deux machines étaient utilisées dans un rôle d’attaque au sol, deux autres dans celui de la défense aérienne, deux autres encore jouaient du côté des « Red Air » et enfin les deux dernières en spares.
​A noter que ce détachement US comprenait de nombreux pilotes. Si certains, expérimentés, participaient à la Flying Course, d’autres, plus jeunes, étaient également présents hors cadre du TLP. Afin que ces derniers puissent continuer et affiner leur entraînement durant les quatre semaines de l’exercice, ils purent effectuer tous les jours, essentiellement le matin, quelques missions locales dites « Extra Waves ». Pour ces F-16 de Hill ce voyage de l’autre côté de l’atlantique était pour eux leur dernier déploiement en Europe. Ils seront, en effet, remplacés prochainement par le dernier né des chasseurs multirôles de l’US Air Force, le F-35A Lightning II, dont une vingtaine sont déjà stationnés à Hill AFB.

Remerciement tout particulier au LV ‘Nils’ pour sa patience, sa disponibilité et son aide précieuse à la réalisation de ce reportage. Thanks to TLP Public Affairs and all TLP Staff meet during this visit.

Texte & photo : Julien Gernez

------------------------------

Dassault Rafale B - French Air Force - EC 1/4 "Gascogne"

Lockheed Martin F-16C Fighting Falcon - US Air Force - 419th FW / 466th FS "Diamondbacks"

Lockheed Martin F-16D Fighting Falcon - US Air Force - 388th FW / 4th FS “Fightin’Fuujins”

Panavia Tornado ECR - Italian Air Force - 6° Stormo / 155° Gruppo

Dassault / Dornier Alpha Jet E - French Air Force - EE 3/8 "Côte d'Or"

Lockheed Martin F-16D Fighting Falcon - Turkish Air Force - 9nci AJÜ / 191 Filo "Kobra"

Eurofighter EF-2000 Typhoon - German Air Force - JG73 "Steinhoff"

Aermacchi T-346A Master - Italian Air Force - 61 Stormo / 212 Gruppo

ockheed Martin F-16C Fighting Falcon - US Air Force

Panavia Tornado ECR - Italian Air Force - 6° Stormo / 155° Gruppo

Dassault Rafale B - French Air Force - EC 1/4 "Gascogne"

Lockheed Martin F-16C Fighting Falcon - US Air Force - 388th FW / 421th FS "Black Widows"

Eurofighter EF-2000 Typhoon - Spanish Air Force - Ala11

Dassault / Dornier Alpha Jet E - French Air Force - EE 3/8 "Côte d'Or"

Lockheed Martin F-16D Fighting Falcon - US Air Force - 388th FW / 4th FS “Fightin’Fuujins”

Lockheed Martin F-16C Fighting Falcon - Turkish Air Force - 9nci AJÜ / 191 Filo "Kobra"

Lockheed Martin F-16D Fighting Falcon - US Air Force - 388th FW / 4th FS “Fightin’Fuujins”

Panavia Tornado ECR - Italian Air Force - 6° Stormo / 155° Gruppo

Eurofighter EF-2000 Typhoon - German Air Force - JG73 "Steinhoff"

Lockheed Martin F-16D Fighting Falcon - US Air Force - 388th FW / 4th FS “Fightin’Fuujins”

ockheed Martin F-16C Fighting Falcon - US Air Force

Dassault / Dornier Alpha Jet E - French Air Force - EE 3/8 "Côte d'Or"

Eurofighter EF-2000 Typhoon - Spanish Air Force - Ala14

Panavia Tornado ECR - Italian Air Force - 6° Stormo / 155° Gruppo

Panavia Tornado ECR - Italian Air Force - 6° Stormo / 155° Gruppo

Eurofighter EF-2000 Typhoon - German Air Force - JG74

Lockheed Martin F-16C Fighting Falcon - US Air Force - 388th FW / 421th FS "Black Widows"

Panavia Tornado ECR - Italian Air Force - 6° Stormo / 155° Gruppo

Lockheed Martin F-16C Fighting Falcon - US Air Force - 388th FW / 421th FS "Black Widows"

Back to Top